L'épaissitude ordinaire des perroquets de la drettequipète — et l'exemple vient de haut!

Il y a un gars de 19 ans de Lévis qui sévit sur les blogues de La Presse avec des commentaires racistes, extrêmement misogynes et droitistes. Je vais être charitable, je ne publierai pas son nom et je ne dirai pas tout ce que je sais sur lui mais, s’il me lit, il va se reconnaître. Il est très pro-américain aussi, ce qui est très ironique car il ne parle pas anglais! (CORRECTION le 29 octobre 2007 : quelqu’un me dit que ce n’est pas le cas.)

Philippe Schnobb de Radio-Canada s’est d’ailleurs fait piéger par Élodie Machintruc : il a cru que c’était vraiment une fille! Voici ce que dit le Devoir à ce sujet.

On se fait rabâcher ad nauseam «les gogauchistes aiment détester les États-Unis», ce qui est assez comique, du moins dans mon cas, car je ne déteste pas les États-Unis : je critique l’Administration actuelle et ses (nombreuses) mauvaises décisions, ses campagnes de salissage envers les adversaires de ses politique, la répression musclée qu’elle exerce sans trop de gêne envers eux et la corruption généralisée et sans précédent qui y règne.
*L’ADQ ne recule devant rien : plagiat par-dessus plagiat, faux noms, incitation à la haine et au racisme…. Édifiant! La démagogie, la déformation des faits, l’entêtement sont des marques du discours de Mario Dumont. Alors les tits adékiss ont un beau maître à penser à imiter!

Je ne suis pas la seule que la drette énarve. Il y a aussi Un homme en colère, dont les analyses sont pas mal plus fouillées que les miennes. Beau travail, Louis!

Mise à jou(i)r le 30 octobre : le concombre en question écrit sur le blogue à Morin alias Élodie!

Autre mise à jour le 10 novembre : je n’ai pas l’habitude de supprimer des commentaires sur mon blogue, mais là on mentionnait le nom de quelqu’un. J’ai supprimé toutes les références à ce nom.

Ajout le 26 novembre 2007 : voici un autre exemple de la «pensée» de l’individu en question. Faut le faire.

COURS D’ÉCONOMIE, DE FISCALITÉ ET DE CONSOMMATION 101 :
L’impôt sur le revenu des particuliers est un vol légal et accepté depuis le Moyen-Âge accepté et toléré par le gouvernement et manigancé par les riches et les puissants qui se vautrent dans un luxe effréné et non-mérité et qui dilapide le fruit de nos labeurs, nous, le bon peuple.
Est-ce normal? Non.
Est-ce que ça pénalise le travail? Oui, car, depuis des années, on assiste à un déséquilibre social considérablement important qui marque le début de la disparition de la classe moyenne.
On va se l’avouer tout de suite, les jeunes familles de la classe moyenne et le travailleur moyen payeur de taxes, d’impôts et de tarifs de toutes sortes engraissent sans cesse et sans aide, depuis des années, tous les gouvernements de toute allégeance (libéral, péquiste, conservateur), ce qui leur rend la vie plus difficile et augmente la précarité de leur niveau de vie, car de plus en plus, ils ont de la difficulté à boucler leur budget et à joindre les deux bouts, même les familles qui ont deux revenus.
Est-ce une situation acceptable et tolérable? Bien sûr que non!
Autre chose: les multinationales de la consommation appauvrissent les familles et les travailleurs avec leurs garanties prolongées, ce qui fait perdre de la qualité aux biens et aux services achetés et qui nous coûtent de l’argent supplémentaire, pour ne pas dire les yeux de la tête, pour leur camelote et les banques avec leurs frais exorbitants que bien du monde ne peuvent pas payer précarisent l’hypothèque, les épargnes et les fonds de retraite des honnêtes travailleurs qui veulent fonder une famille et subvenir à leurs besoins et ça les handicapent dans leur consommation de tous les jours.
Le gouvernement nous vole notre argent pour le jeter par les fenêtres, alors qu’on pourrait facilement en jouir, et nous vole, par-dessus le marché, notre patrimoine collectif (Mont-Orford).
Mais, ce n’est pas tout: le patrimoine religieux suce notre argent de nos revenus à coup de 400 millions $/année, alors que la secte catholique a la plus grosse cagnotte de la planète et n’est nullement crédible. La preuve: elle transfère ses prêtres pédophiles en France et les protège pour ne pas ternir son image!
La secte catholique a incité nos ancêtres à forniquer, afin de remplir les coffres du richissime Vatican. De porteurs d’eau nous deviendrons éboueurs experts pour les déchets nucléaires de Washington pour financer la Troisième Guerre mondiale que George W. Bush aura créer en attaquant l’Iran et en s’acharnant comme un enragé à vouloir maintenir l’ordre de ses rêves en Irak, de connivence avec un dictateur qui bafoue les règles les plus élémentaires de la démocratie et de la liberté (Pervez Musharraf du Pakistan), alors que c’est le Pakistan qui finance et qui arme les talibans en Afghanistan par l’intermédiaire du gouvernement corrompu d’Hamid Karzaï, ancien Seigneur de guerre, l’ancien nom des talibans, grâce aux mauviettes de luxe qui nous gouverne. Il faut protéger nos fleurons économiques, sinon notre souveraineté disparaîtra avec nous, car nous serons prit dans l’engrenage d’une mondialisation sauvage dont les règles seront dictées par la Maison-Blanche.
Comme les Vikings nous disparaîtrons. Les Sulpiciens ont échangé les terres des autochtones pour des évangiles (maintenant, les autochtones vivent dans des réserves miteuses sans eau courante, ni électricité) et encore aujourd’hui les mains de Dieu, que voyaient partout Claude Ryan, sont dans nos poches, alors que tous nos systèmes s’écroulent.
Notre poupée de luxe qui s’occupe si bien de l’environnement et qui poursuit en coulisses le saccage du Mont-Orford (bien de la collectivité), mais autrefois de la culture, avec ses fameux discours à 3,75$ le mot, gave le Vatican de façon continue. L’argent dépensé pour cette secte doit revenir dans les poches des ouailles et la vente des églises devrait servir pour investir dans nos infrastructures routières et d’eau potable, nos secteurs économiques clés en crise et nos nouveaux ponts et viaducs.
Nous sommes encore baisés par notre religion et c’est fait de façon tellement hypocrit
e que nous sommes impuissants, car nous avons des mauviettes de luxe et des escrocs comme dirigeants et qui sont dans l’assiette au beurre et qui se partagent tous le gâteau à même nos profits, alors que nous nous appauvrissons à vu d’oeil et devenons de plus en plus malades pour faire le bonheur de l’industrie pharmaceuticale avec ses médicaments souvent dangereux, non-testés et périmés.
Ce qui donne libre champ à la DPJ pour droguer CES enfants avec ce genre de drogue pour mieux leur voler leur enfance.
La solution: abolir l’impôt sur le revenu des particuliers, les garanties prolongées, les frais bancaires et la TPS, couper les fonds au Vatican et appliquer une redevance aux multinationales de la consommation, aux banques et à l’industrie pharmaceuticale.
Pour les revenus, le gouvernement ira les chercher avec le protectionnisme, ce qui contribuera à protéger nos industries stratégiques économiques clés, comme l’agriculture, la forêt, le vêtement, le textile et la manufacture, ainsi que nos industries naissantes et à diversifier notre économie. Les droits de douanes serviront également à augmenter les revenus du gouvernement et normalement, il devrait en avoir assez avec ça et la vente des églises.

Il en remet, même.

Mes grands-parents, tout le temps où ils avaient leur ferme à Saint-Michel de Bellechasse n’ont jamais payé d’impôt. Mon arrière grand-père n’a jamais payé 1¢ d’impôt et son père non plus.
L’impôt sur le revenu est un vol manigancé par les riches et les puissants qui se vautrent dans un luxe effréné et non-mérité pour dilapider les revenus du bon peuple qu’il a gagné honnêtement. On devrait abolir ce vol pour une meilleure justice sociale et les vivres coupés à la secte catholique qui est la secte la plus riche de la planète.
Le peuple doit être le seul responsable de son argent, mais en s’abaissant à remplir son rapport d’impôt, il se fait complice de ce vol et de cette situation intolérable. Tant mieux si vous aimez ça, mais moi je garde MON argent. Le docteur Pierre Mailloux a raison. Nicolas Sarkozy a raison.
Si, un jour, je deviens député-ministre ou autre, je ferai tout pour abolir l’impôt sur le revenu des particuliers, les garanties prolongées, les frais bancaires et la TPS, couper les fonds au Vatican et appliquer une redevance aux multinationales de la consommation, aux banques et à l’industrie pharmaceuticale.
Pour les revenus, j’ai déjà dit que le gouvernement pourra aller les chercher par le protectionnisme, ce qui contribuera à protéger nos industries stratégiques économiques clés, comme l’agriculture, la forêt, le vêtement, le textile et la manufacture, ainsi que nos industries naissantes et à diversifier notre économie. Les droits de douanes serviront également à augmenter les revenus du gouvernement et normalement, il devrait en avoir assez avec ça et la vente des églises.
On a besoin de tout cet argent pour nos infrastructures routières et d’eau potable, nos nouveaux ponts et viaducs qui nous tombent tous dessus par l’incompétence crasse de nos bons fonctionnaires grassement payés par le gouvernement et protégés par leurs tout puissants syndicats, nos secteurs économiques clés en crise (agriculture, bois, forêt, vêtement, textile, meuble, manufacture, etc.), notre système de santé en décrépitude totale, l’éducation de notre relève dans un environnement adéquat et du matériel à la fine pointe de la technologie avec des professeurs compétents, un meilleur soutien aux jeunes familles de la classe moyenne et du travailleur moyen payeur de taxes, d’impôts et de tarifs de toutes sortes et nos services publics qui commencent à s’essouffler et qui deviennent de plus en plus corrompus (DPJ, CPE, SAQ, SGF, Caisse de dépôt et de placement, SAAQ, SONACC, Loto-Québec, etc.), payer directement notre dette publique et j’en passe.
Toutefois, l’argent ne doit jamais, mais JAMAIS, être pigé dans les poches du peuple, car ça détruit son pouvoir d’achat et, ce faisant, le gouvernement n’est pas mieux que les banques, les multinationales de la consommation, l’industrie pharmaceuticale, les pétrolières ou des sociétés d’État corrompues.
Bon maintenant, j’imagine que vous allez encore me salir sur votre blogue. Je vous ais à l’oeil, madame la belette longueuilloise.

Inutile de dire quoi que ce soit, mon coco. Tu te salis tout seul. C’est un discours de Bérêt Blanc, de créditiste que tu tiens là. En plus, tu te vantes que ta famille ne respecte pas les lois. Je me doute bien pourtant que tu dois aller à l’hôpital parfois, utiliser les routes, etc. De quel droit, puisque tu ne contribues pas?

Publicités
Publié dans Droits de la personne, Philosophie politique, Politique américaine, Politique internationale. Commentaires fermés sur L'épaissitude ordinaire des perroquets de la drettequipète — et l'exemple vient de haut!
%d blogueurs aiment cette page :