Devrais-je me taire? L'éducation que j'ai reçue, ma vie de couple et plein de choses pas rapport

J’ai un « gros » problème que, peut-être, bien des gens pourraient m’envier.

Je suis heureuse en amour. Est-ce moi, ou c’est rare de nos jours? Tout le monde se chicane. Tout le monde se sépare. Parfois j’ai l’impression qu’il y a plus d’enfants en garde partagée qu’autrement…

Je suis vraiment bizarre. Je n’ai aucun grief sérieux envers les hommes. Pour moi un homme c’est une personne, avec ses bons et ses mauvais côtés. Point. Ce n’est pas un « ennemi de classe »! Je n’aime pas toujours la façon d’agir de certains, mais ça ne m’empêche pas de dormir. Je ne dois sûrement pas être normale!

Faut dire que, rendue à presque 52 ans, je relativise bien des choses. Et puis juger n’a jamais été mon fort. 

Soyons clairs. J’ai été mariée 20 ans. J’ai fait un effort honnête pour que ça marche. Je pense que mon mari en a fait un aussi, au moins au début. Mais je me connaissais très mal. Et puis j’étais extrêmement ignorante. Il y a eu des bouts vraiment, vraiment rough (pas besoin d’entrer dans les détails). Ce n’était pas toujours notre faute. Mais je suis vraiment étonnée de voir à quel point notre éducation nous prépare mal à être en couple avec une vraie personne, dans la vraie vie, à avoir des attentes réalistes, à savoir communiquer, surtout quand quelque chose ne fait pas notre affaire.

Pourquoi les gens se sentent-ils obligés de se comporter d’une certaine façon? D’être strictement hétéros, vanille, monogames, d’aimer le hockey ou le pâté chinois? Pourquoi certaines femmes se sentent déçues quand leur chum n’aime pas leur bouffe, au point que ça devient un sujet de chicane?

Je viens d’une famille où ma mère portait les culottes, en partie parce que mon père préférait fuir les conflits, se taire, ne pas s’extérioriser. J’adore mon père et c’est une très bonne personne. Il a un tempérament doux et calme et c’est une grande qualité. Il est aussi très affectueux — plus que ma mère l’était. C’est lui qui m’a ramassée quand j’ai eu ma première grosse peine d’amour. Il n’a pas ri de moi. Par contre, pour quelqu’un qui était comptable, il aurait peut-être pu me parler des vertus de l’épargne? Ben non, ce n’est pas quelque chose qu’opn apprend par osmose, parce qie nos parents le font

 Crime que je l’ai haïe, elle. Mais elle m’a quand même passé de bonnes choses. Mais pas comment faire un budget… Mais à un moment donné, surtout quand on a des enfants nous-mêmes, on relativise plein de choses.

Est-ce moi? Les gens qui ont des enfants avec deux ou trois conjoints différents, qui changent de conjoint comme je change de chemise, ça me dérange. Pas pour des questions morales comme tel (sauf dans le cas des enfants). Mais parce qu’il ne se connaissent pas eux-mêmes, qu’ils se garrochent en couple trop vite sans connaître l’aiutre, qu’ils n’ont pas de patience, qu’ils ne savent pas ce qu’ils veulent, qu’ils ne sont pas réalistes… parfois tout ça en même temps. Eille! Une relation de couple, ce n’est pas un kleenex.

J’ai épuisé l’énergie que j’avais à investir ce soir. Je reviendrai retravailler ce billet.

Ajout le 18 avril 2008 

Il y a tellement de haine (oui je mesure mes mots), d’agressivité, d’attentes non dites et pas toujours réalistes, de rancune, de préjugés, de déformations de la réalité que c’est impossible de parler de féminisme, de femmes, de relations de couple, de divorce, etc. au Québec sans que ça revire en match de boxe.

 

Les gens préfèrent trop souvent agir, entrer en relation et parler en se basant sur leurs préjugés et leur rancœur, leur méfiance etc. que sur une observation neutre de la réalité. les gens veulent que leur couple fonctionne sans y mettre aucun effort, sans essayer de comprendre d’où vient l’autre, etc. Et dès que ça devient difficile ils quittent. Société de consommation et de refus de l’effort, là aussi. Les gens ouvrent les jambes mais gardent leur cœur fermé parce qu’ils ont peur d’avoir mal. C’est un cercle vicieux. Ce qui a de la valeur dans la vie est difficile et non gratuit. Et demande qu’on investisse du temps.

 

On n’a pas fini d’avoir un très haut taux de divorce et 56 000 autres problèmes.

 

Je me suis retirée de tout débat de ce genre parce que parler avec une enregistreuse qui me recrache ses préjugés au lieu de comprendre ce que j’esaie de dire, c’est une perte de temps. Mon couple va très bien parce que mon conjoint n’est pas intéressé lui non plus de vivre dans le passé.

 

Je dirai simplement ceci aux gens amers et agressifs (tous sexes confondus) : prenez du recul et regardez-vous aller! Si vous ne le faites pas, vous serez encore au même point de votre recherche du bonheur dans 10 ans. Vous vous détruisez!

Moi, les discussions qui ne dépassent pas le «les hommes sont comme ci ou comme ça» ou le «vous autres les femmes…» ou le «les féministes…» (quelles féministes, pour commencer? les connaissez-vous toutes?), je je trouve ça absurde et ça me fait décrocher ben raide.

Il n’y a qu’à voir le pelletage d’insultes, les généralisations, etc. sur le blogue de Marie-Claude Lortie! parce que DES féministes ont dit des choses absurdes ça devient une excuse pour dénigrer TOUTES les féministes! Comment voulez-vous discuter!

Publicités
Publié dans Humeur, Société. Étiquettes : . Commentaires fermés sur Devrais-je me taire? L'éducation que j'ai reçue, ma vie de couple et plein de choses pas rapport
%d blogueurs aiment cette page :