Camarade

 

 

Je suis née le 6 mai 1956 (cent ans après Freud mdr!!!)

 

J’ai décidé de me faire un cadeau en publiant les paroles de cette chanson qui renvoient à une époque très intense de ma vie, 1972-1974.

 

C’est un joli nom, camarade

C’est un joli nom, tu sais

Qui marie cerise et grenade

Aux cent fleurs du mois de mai

Pendant des années, camarade

Pendant des années, tu sais

Avec ton seul nom comme aubade

Les lèvres s’épanouissaient

Camarade, camarade

 

C’est un nom terrible, camarade

C’est un nom terrible à dire

Quand, le temps d’une mascarade,

Il ne fait plus que frémir

Que venez-vous faire, camarade

Que venez-vous faire ici

Ce fut à cinq heures dans Prague

Que le mois d’août s’obscurcit

Camarade, camarade

 

C’est un joli nom, camarade

C’est un joli nom, tu sais

Dans mon coeur battant la chamade

Pour qu’il revive à jamais

Se marient cerise et grenade

Au cent fleurs du mois de mai 

 

 

C’est au mois de mai, en montant la rivière
C’est au mois de mai que les filles sont belles

Que les filles sont belles ô gai, que les filles sont belles
Et que tous les amants s’échangent leur maîtresse
Mais moi je n’en changerai point, en montant la rivière
Mais moi je n’en changerai point car la mienne est trop belle

Ah comme il serait doux, en montant la rivière
Ah comme il serait doux, d’avoir un baiser d’elle
Mais encore bien plus doux de dormir avec elle
De dormir avec elle, ô gai
De dormir avec elle
Dans un petit logis
Auprès d’une fontaine
Auprès d’une fontaine, ô gai, auprès d’une fontaine
Et où tous les matins la mariée se baigne

 

 

 

 

 

 

Au jardin de mon père
Les lilas sont fleuris
Le rossignol y chante et le jour et la nuit
Auprès de ma blonde
Qu’il fait bon, fait bon fait bon
Auprès de ma blonde qu’il fait bon dormir

 

 

 

 

 

 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :