Ça va vous prendre QUOI pour croire que le climat est tout démanché?

Les systèmes climatiques sont déréglés.

Il y a des feux de forêt comme jamais en Australie et en Californie, et des inondations en plein été aux États-Unis, dont au Nevada (un État désertique)! Une p’tite tornade ou deux avec ça?

On a eu des accumulations de neige records cet hiver, notamment à Montréal et à Québec, dont 540 cm à Québec.

Depuis le 3 mai 2008, j’ai été inondée chez moi sept fois. Sept. Les systèmes d’évacuation de l’eau de pluie des municipalités et les égouts ne suffisent plus.

L’ouragan du 10 juin 2008 dans la région de Montréal a renversé sept remorques de 53 pieds sur le pont Champlain et a entraîné des réclamations d’assurances de 56 millions de dollars.

Et maintenant, ça.

Ça fait peur! Même qu’il y en a eu deux.

Des inondations et glissements de terrain près de la Tuque le 23 juillet.

Une tornade à Shipshaw le 11 juillet.

On a deux fois plus de noyades à cause du niveau élevé des cours d’eau cet été.

Je crois effectivement que les politiques environnementales du gouvernement américain et celles du gouvernement Harper sont bonnes pour les égouts!

Qui a oublié le 14 juillet 1987? le verglas de janvier 1998? les inondations de 1996 au Saguenay?

Les experts nous disent que le réchauffement climatique se manifeste par de plus grands écarts de température, du temps plus violent, plus de désastres et plus de pertes. Parlez-en aux assureurs, qui assistent à une hausse très nette depuis 5 ans tant en nombre de réclamations qu’en valeur en dollars! à tel point qu’ils réclament que les gouvernements luttent contre les changements climatiques.

Dans la Presse d’aujourd’hui : « Pour Robert Tremblay, c’est inévitable: les catastrophes naturelles seront de plus en plus fréquentes. Elles le sont déjà. « Les données historiques en météorologie ne sont pas valides. Il faut revoir les modèles pour tenir compte de la fréquence et de l’intensité des événements climatiques qui se produisent depuis quelques années. » M. Tremblay n’est pas un militant radical écolo, mais bien le responsable des changements climatiques au Bureau d’assurance du Canada.»

Ça va vous prendre quoi, bonyenne, pour vous convaincre?

 

Ajout : la consommation d’essence a diminué de 2,4 % par rapport à l’année dernière. J’ignore si c’est calculé en dollars ou en litres; cela fait une différence quant à l’interprétation de la donnée pour se faire une idée de l’ampleur de la tendance, car le prix à la pompe a beaucoup augmenté. Pour comprendre, il faut savoir exactement dans l’équation R*T = PQ ou recette totale égale prix multiplié par quantité vendue, que mesure chaque variable.

Les gros véhicules énergivores se vendent mal. Ces industries perdent leur part de marché. Les fabricants mettent des employés à pied et ferment des usines. Cela est une conséquence, entre autres, de leurs mauvais choix en termes de gammes de produits et de qualité/sécurité/fiabilité de ceux-ci. Mais les présidents d’entreprises (Rick Wagoner!) continuent de toucher des bonis et des salaires faramineux malgré tout, ce qui est à proprement parler indécent. Et le lobby du pétrole continue d’avoir l’oreille des gouvernements.

Quand est-ce que les dinosaures vont comprendre qu’il faut s’adapter ou disparaître?

Référence
Site Web Nature insolite

Ajout le 27 juillet : il y a un troll qui s’amuse à essayer de me faire sauter dans des cerceaux, qui est prêt à affirmer, straight de même, que les femmes sont moins intelligentes que les hommes (et il ne donne pas de preuve, alors qu’il m’en demande pour autre chose) et quand je lui soumets que le Bureau d’assurances du Canada et le GIEC estiment que les changements climatiques sont une réalité sur la base des données dont ils dispoosent (malheur à moi si j’utilise le verbe croire parce que c’est plus court!!! c’est tabou! ça veut dire que c’est comme si J’étais dans une secte!) , il voudrait que je revienne à la case départ et que je «re-prouve» tout à partir de zéro (et bien entendu il va remettre en question chaque virgule).

J’aime bien mieux l’approche d’Anarcho-Pragmatiste. Monsieur, vous posez une question très valable. Je pense que dans ce domaine, on n’est jamais sûr de quoi que que ce soit à 100 % (oui je sais que c’est redondant d’écrire cela, mais vous comprenez ce que je veux dire), surtout sur un intervalle de temps plus court qu’une vie humaine. Mais des gens qui appliquent des critères très rigoureux dans ce domaine, qui sont nombreux (ce qui annule, d’après moi, l’«effet des subventions»; et n’oublions pas que les scientifiques qui nient ce réchauffement en reçoivent eux aussi! Alors je pense que c’est match nul de ce côté) ont décidé que les données étaient assez solides pour conclure qu’un réchauffement est en cours.

J’ai appris dans mes cours de gestion (mais cela a du gros bon sens aussi; je n’ai pas cru tout ce qu’on m’a enseigné!) qu’on ne peut pas attendre d’avoir toute l’information pour prendre une décision parfaite, parce que le fait d’attendre et de ne rien faire a un coût qui peut devenir intolérable et que l’effort et le coût nécessaires (en heures ou autrement)  pour aller chercher des éléments d’information supplémentaire croît jusqu’à ce qu’on tombe dans les rendements décroissants.

Allez-vous attendre d’avoir un accident grave avec votre voiture (et une fortune en réparations à la clé) pour faire changer une pièce de 200$ qui est sur le point de lâcher? Surtout que, dans six mois, la maudite pièce risque de coûter plus cher que maintenant. Certains attendent parce que c’est un événement potentiel et non réel et parce que leur tolérance au risque est très grande. Pour moi il y a un niveau de risque et uen catégorie de risques qui ne sont pas acceptables. Quand on est rendu à traiter de risques catastrophiques, je pense que la prudence s’impose. Pourquoi ne pas cesser de polluer avant que ça nous en coûte le triple? Simple instinct de survie, aussi.

C’est surtout que les conséquences si cette théorie (j’emploie ici le terme au sens scientifique; une théorie est quelque chose de très solide, contrairement au sens qu’a ce mot dans le langage courant) se vérifie et que nous ne faisons rien sont catastrophiques, notamment à cause du temps perdu à ne rien faire.

Il y a aussi le fait que le nombre de maladies causées par la pollution, les produits chimiques inutiles et/ou nocifs qu’on utilise partout sont des facteurs inquiétants et que je pense que c’est préférable d’appliquer le principe de précaution. Note : pourquoi les produits sans colorant et sans parfum sont-ils plus chers que les autres? ce n’est pas logique!

Ça peut avoir l’air niaiseux d’éteindre les lumières inutiles, de recycler (j’ai recyclé mes vêtements que je ne porte plus, mes vieux ordis et cellulaires – et en plus ça crée de l’emploi), d’utiliser la corde à linge, de combiner des courses et de planifier son itinéraire pour ne pas gaspiller d’essence, de covoiturer, de respecter les limites de vitesse (en attendant d’avoir les moyens d’avoir une voiture qui pollue moins comme une électrique), d’éviter d’acheter des produits inutiles, trop emballés, etc., de refuser d’investir nos REER dans des entreprises qui polluent et d’apporter nos propres sacs… mais ce sont des mesures à coût nul pour la personne qui les prend, sauf le temps, qui ne sont pas des corvées sans bon sens, faciles à appliquer par tout le monde, même les pas-granola, et qui, répétées des millions de fois, font une différence.

Intégrons progressivement des pratiques écologiques à notre vie courante! Personne ne va en mourir et je crois que dans la vie, il faut agir conformément à ce que l’on prêche, le plus possible, tout en restant modeste et réaliste.

 

Ajout : En 2008, 21 000 Canadiens mourront des suites des effets de la pollution atmosphérique, selon un rapport de l’Association médicale canadienne rendu public aujourd’hui. (13 août 2008)

Publicités
Publié dans Environnement, Politique québécoise. Étiquettes : , , , , . Commentaires fermés sur Ça va vous prendre QUOI pour croire que le climat est tout démanché?
%d blogueurs aiment cette page :