Ces manchettes insoutenables

Il y a une manchette de la Presse depuis qui me dérange depuis hier. J’ai hâte qu’ils l’enlèvent.

Un jeune de 15 ans qui travailait pour une compagnie de pavage est mort enterré sous de l’asphalte bouillant à Calgary. Ils manquent de main-d’œuvre là-bas mais ce n’est pas une raison pour engager un jeune de 15 ans! Remarquez que je ne trouverais pas ça plus drôle si c’était un adulte.

J’espère qu’il est mort vite. C’EST HORRIBLE.

Mon cœur est révulsé, révolté. Non, non, quelqu’un dites-moi que ce n’est pas vrai, s’il vous plaît!

Pas capable, je m’en vais pleurer dans mon coin.

J’espère qu’il vont faire une enquête et que les coupables vont être punis s’il y a eu négligence.

 

Ajout : voici ma réponse à paradoxale

Tant mieux si vos parents se soucient de vous. Je me suis demandée si les parents du jeune homme étaient au courant.

J’ai lu des articles dans la Presse cet été et ils disaient que les accidents de travail des jeunes sont souvent ignorés  et les patrons ne prennent pas le temps de les former comme il faut puisque c’est «temporaire». Leur fournissent-ils le matériel de sécurité? Les jeunes sont-ils conscients des risques? En voici un qui est hémiplégique après trois jours de travail. C’est beau vouloir faire de l’argent mais pas au risque d’y laisser sa peau.

J’ai deux enfants, une de 16 ans et un de 22 ans. Mon fils a eu plusieurs accidents de travail déjà, dont un qui aurait pu le rendre sourd. Ma fille travaillait dans la cuisine dans un resto et le propriétaire ne fournissait même pas les mitaines de four pour sortir les aliments brûlants, il a fallu que je lui en prête. Il y a des patrons qui embauchent n’importe qui sans voir si la personne a la force physique suffisante ou les connaissances pour faire le travail. Tout ce qu’ils veulent c’est faire de l’argent.

Le secteur de la construction est un de ceux où il y a le plus d’accidents et les chantiers de voirie sont parmi les pires. Les gens qui réparent les routes sont exposés à se faire frapper par les  voitures. Ensuite étendre de l’asphalte bouillant c’est très dur, il y a risque de se déshydrater quand il fait chaud, il faut voire beaucoup sinon on se sent étourdi et on peut perdre connaissance. Et c’est très bruyant, assez pour désorienter quelqu’un et qu’il n’entende pas le danger. Je parie que le jeune n’a même pas entendu le camion reculer.

Publicités
Publié dans Droits de la personne, Humeur, Politique canadienne, Société. Étiquettes : , , , . Commentaires fermés sur Ces manchettes insoutenables
%d blogueurs aiment cette page :