En reprise : La bipolarité absolue des sexes est un mythe

intersex-logo

J’ai décide repasser ce billet car il est encore d’actualité!

La bipolarité absolue des sexes est un mythe.

Je me lance. J’ai décidé de parler de ces gens dont on ne parle jamais, qu’on fait semblant de ne pas voir, dont on ne mentionne jamais l’existence, soit les transsexuels, transgenres et intersexué(e)s.

Saviez-vous qu’il y a des gens qui simultanément ont une partie, voire la totalité, des caractères sexuels physiques mâles et femelles et/ou simultanément ou périodiquement l’esprit des deux sexes? Ce sont les intersexués. Trop de gens n’en ont jamais entendu parler. Nous n’avons même pas de pronom en français pour les désigner… comme s’ils n’existaient pas. «Néanmoins, on estime qu’au moins un enfant sur 2 000, ce qui fait 5 enfants par jour aux É.-U., est visiblement intersexué à sa naissance, provoquant une prise en charge médicale immédiate. Mais, cela n’est que la pointe de l’iceberg. Beaucoup plus de personnes découvrent qu’ils sont intersexuées à l’adolescence ou même plus tard. » Combien de ces enfants se font charcuter chirurgicalement à la naissance? Pourquoi les parents sont-ils soumis à de telles pressions pour «assigner» un sexe à un enfant dont on ne sait encore presque rien et qui n’a aucune possibilité de s’exprimer? Ces chirurgies hâtives sont d’autant plus regrettables que l’intersexualité est une RÉALITÉ MOUVANTE qui peut encore évoluer après la naissance, notamment à la puberté. Mais «on» préfère faire comme si le genre était nécessairement quelque chose de bipolaire et non un continuum.

Je devine que trop souvent, ils se font regarder comme des bêtes curieuses et poser toutes sortes de questions stupides. Ils ou elles se retrouvent trop souvent à la rue. Trop souvent, ils sont victimes de violences parce que le simple fait qu’ils ou elles existent dérange les caves qui voient la vie en noir et blanc et n’ont pas de place dans leur petite tête pour ce qui est nuancé ou ambigu.

Il y a aussi ces personnes qui ont un corps d’un sexe mais la psyché ou la personnalité de l’autre sexe : les transsexuels et transgenres. On les prend pour des désaxés alors qu’ils/elles essaient simplement d’être eux-mêmes. Certains se contentent de s’habiller selon le sexe qui les habite intérieurement. D’autres subissent de longues et lourdes chirurgies (ce n’est pas une chose qu’on fait à la légère) pour faire coïncider l’extérieur et l’intérieur. Ils/elles ne sont pas nécessairement homosexuel(le)s même si certains ou certaines ont l’air androgynes.

Ces orientations sont comme tout le monde si on accepte les critères arbitraires de la société. Pour les intersexués cette question a encore moins de sens. Nous sommes tellement habitués à cette idée reçue qu’il n’y a que deux sexes que si nous essayons de remettre en question ce dogme nous devons bousculer un grand nombre d’autres principes.
En raison de ces principes, la société n’a pas intérêt à accepter la réalité de l’intersexuation. Depuis des millénaires cette réalité de l’intersexuation est cachée. La société a peur de cette réalité naturelle. En effet cela remet en cause la bi-polarité des sexes sur laquelle est basée la société comme le mariage, l’identification des individus, les orientations sexuelles qui ne se classent que par rapport aux deux sexes officiels. En effet, que peut signifier l’homosexualité, la bisexualité ou l’hétérosexualité pour une personne qui dispose à la fois de caractères morphologiques masculins et féminins?

Pourquoi ne pas simplement apprendre à connaître la personne avant de juger? TOUT LE MONDE A BESOIN D’AMOUR.

Liens d’information et témoignages

(à suivre)

Publicités
Publié dans Droits de la personne, Droits des femmes, LGBTI, Sexualité, Tristesse, Vu et lu sur la toile. Commentaires fermés sur En reprise : La bipolarité absolue des sexes est un mythe
%d blogueurs aiment cette page :