Poly + 25 – 14

6 décembre 14 chandelles2

25 ans – 25 years – 25 años

♥ Vous vivez à jamais dans nos cœurs ♥
♥ Forever alive in our hearts ♥
♥ Usted vive para siempre en nuestros corazones ♥
♥ Żyć wiecznie w naszych sercach ♥

Geneviève Bergeron (née en 1968), étudiante en génie civil.
Hélène Colgan (née en 1966), étudiante en génie mécanique.
Nathalie Croteau (née en 1966), étudiante en génie mécanique.
Barbara Daigneault (née en 1967), étudiante en génie mécanique.
Anne-Marie Edward (née en 1968), étudiante en génie chimique.
Maud Haviernick (née en 1960), étudiante en génie des matériaux.
Barbara Klucznik-Widajewicz (née en 1958), étudiante infirmière.
Maryse Laganière (née en 1964), employée au département des finances.
Maryse Leclair (née en 1966), étudiante en génie des matériaux.
Anne-Marie Lemay (née en 1967), étudiante en génie mécanique.
Sonia Pelletier (née en 1961), étudiante en génie mécanique.
Michèle Richard (née en 1968), étudiante en génie des matériaux.
Annie St-Arneault (née en 1966), étudiante en génie mécanique.
Annie Turcotte (née en 1969), étudiante en génie des matériaux.roses blanches

Don’t legalize child marriage in Iraq!

 

Image

Target:  Prime Minister of Iraq Dr. Nouri al-Maliki

Do not limit women’s rights and legalize child marriage

The Iraqi government must immediately withdraw the Personal Status Law from consideration. The nickname of the Personal Status Law is the Jaafari Law, as it is based on the teachings of the Jaafari school of Shia religious jurisprudence. This draft law is aimed at limiting women’s rights to inheritance, divorce, and would allow men to take multiple wives and for young girls to be married starting at the age of nine. Allowing this law to take effect should bring international condemnation and sanctions.

The Jaafari law is designed to cover the Shia citizens and residents of Iraq, a large majority of the 36 million people in Iraq. The law, in addition to legalizing child marriage, prohibits men from marrying outside their religion, legalizes marital rape, and prevents women from leaving the house without the permission of her husband. The Jaafari law also grants custody of children to the father automatically in cases of divorce. This law will undoubtedly lead to more laws aimed at discriminating against specific groups.

Citizens in Iraq who stand opposed to the bill will have to hope that the law is struck down before it passes through both levels of parliament and is signed into law. Unfortunately, lawmakers do not seem interested in vetoing the bill. Sign this petition and demand that the government in Iraq follow its international commitments and stand up for the human rights of all its citizens.

PETITION LETTER:

Dear President Jalal Talabani,

The recent submission of the Personal Status Law, also known as the Jaafari Law, is an affront against the human rights of women and girls in your country. By allowing for this bill to pass, your government will be supporting marital rape and the marriage of girls as young as nine. This goes against many international human rights treaties to which your government is a party.

By allowing the Jaafari Law to pass, the international community will understand your approach to human rights. And they will have no action but to take drastic measures against your country in the form of sanctions. I ask that you do all that you can to prevent this, so that your people and country may continue to prosper.

Sincerely,

Link to petition http://www.thepetitionsite.com/takeaction/906/729/633/

Here is the list of all Iraqi embassies http://embassy.goabroad.com/embassies-of/iraq

Publié dans Canada, Derechos de la Mujer, Derechos humanos, Droits de la personne, Droits des femmes. Étiquettes : , , , . Commentaires fermés sur Don’t legalize child marriage in Iraq!

Être QuébécoisE, qu’est-ce que ça veut dire?

 
VELH

Publié dans Amistad, Amitié, Antifascisme, Antiracisme, ÇA SUFFIT LA VIOLENCE!, Éducation, বন্ধুত্ব, મિત્રતા, Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l’État ainsi que d’égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d’accommodement, Colonialism, Colonialisme, Démocratie, Désinformation et propagande, Democracia, Democracy, Derechos de la Mujer, Derechos humanos, Droits de la personne, Droits des femmes, Fascism, Fascisme, Féminisme, Feminism, Fondamentalisme religieux, Gender Politics, Human Rights, Islam, Justice, Justicia, La drette, Leadership des femmes, Liberté de religion, Liderazgo de Mujeres, Mes valeurs, Minority government, My values, Philosophie politique, Politique québécoise, Quebec Politics, Racisme systémique, Religion, Religions, Right-wing propaganda, Société, Solidaridad, Solidarité, Solidarity, Systematic Racism, Systemic Racism, Terrorism, Terrorisme, Women Leadership, Women Rights, 友誼, ידידות, שלום והרמוניה, السلام والوئام, صداقة. Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , . Commentaires fermés sur Être QuébécoisE, qu’est-ce que ça veut dire?

Aux Québécois venus des autres saisons


BIENVENUE


Mon pays

Gilles Vigneault

Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver
Mon jardin ce n’est pas un jardin, c’est la plaine
Mon chemin ce n’est pas un chemin, c’est la neige
Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver

Dans la blanche cérémonie
Où la neige au vent se marie
Dans ce pays de poudrerie
Mon père a fait bâtir maison

Et je m’en vais être fidèle
À sa manière, à son modèle
La chambre d’amis sera telle
Qu’on viendra des autres saisons
Pour se bâtir à côté d’elle

Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver
Mon refrain ce n’est pas un refrain, c’est rafale
Ma maison ce n’est pas ma maison, c’est froidure
Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver

De mon grand pays solitaire
Je crie avant que de me taire
À tous les hommes de la terre
Ma maison c’est votre maison

Entre mes quatre murs de glace
Je mets mon temps et mon espace
À préparer le feu, la place
Pour les humains de l’horizon
Et les humains sont de ma race

Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver
Mon jardin ce n’est pas un jardin, c’est la plaine
Mon chemin ce n’est pas un chemin, c’est la neige
Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’hiver
Mon pays ce n’est pas un pays, c’est l’envers
D’un pays qui n’était ni pays ni patrie
Ma chanson ce n’est pas une chanson, c’est ma vie
C’est pour toi que je veux posséder mes hivers

VELH

Publié dans Antiracisme, Droits de la personne, Droits des femmes, Humeur, Islam, Politique québécoise, Société. Commentaires fermés sur Aux Québécois venus des autres saisons

Je reblogue : Ianik Marcil et l’appel du vide

Je ne peux m’empêcher de rebloguer l’excellent billet publié hier par Ianik Marcil. On peut le lire ici http://ianikmarcil.com/2013/11/17/lappel-du-vide/. Je le reproduis intégralement.

L’appel du vide

novembre 17th, 2013  |  Published in À la uneOpinions

La culture, c’est de gagner en liberté et de perdre en arbitraire. L’inculture, c’est de gagner en licence et en arbitraire.

Pierre Vadeboncœur, Trois essais sur l’insignifiance, Montréal : l’Hexagone, 1989, p. 28.

Comme c’est le cas pour plusieurs personnes de mon âge, le Voir était un incontournable il y a 20 ans. Autant pour les annonces classées – pour se trouver un énième appartement d’étudiants – que pour connaître le rythme auquel le Montréal artistique et communautaire vibrait.

Le monde évolue, bien sûr. Mon Voir papier que je lisais religieusement à la fin des années 1980 alors que j’étais étudiant doit s’ajuster à la réalité actuelle. Celle de notre société évoluant à vitesse grand V tout comme celle du monde des médias chamboulé par la réalité du web.

En revanche, une nouvelle initiative du Voir me laisse sans voix. Cela s’appelle « trouble.voir.ca » . Il s’agit, grosso modo, d’explorer les recoins les plus sombres du web – le « far web ». Une initiative, selon le rédacteur-en-chef du journal, d’une expérimentation. Jeter la lumière sur les sombres recoins du web.

En l’occurrence, il y a quelques jours, on y a présenté un « reportage » sur un sombre personnage, Dominic Pelletier. Résumons. Dans cette capsule, une jeune nouvelle vedette du web, Gab Roy, interview l’individu. Lequel profère des propos misogynes à décaper un plancher de bois franc. Non content d’en rigoler à la fin – « ce type est fou » dit-il en substance, mais avec le rire nerveux de celui qui a vu une horreur sans la dénoncer – tout au long de son « reportage » il relance la bête. Et la bêtise, par ses multiples questions.

A priori, je ne trouve rien à reprocher à cette intention d’expérimentation. En revanche, j’ai bien du mal, le mot est faible, à avaliser le traitement que le Voir offre de cette expérience. Voir offre un canal de diffusion efficace voire prestigieux à un odieux personnage (on s’accordera tous sur le caractère odieux du type et de ses propos). De plus, ce « reportage » n’a rien d’un travail journalistique. Aucune analyse, aucune critique, aucune mise en perspective. Voir ne fait que reproduire in extenso ses propos. Gab Roy, malgré son inconfort, rigole comme une baleine en disant à la fin que ça n’a aucun sens – sans compter qu’il relance joyeusement l’autre idiot. Est-ce du journalisme? De l’éditorial? Non, c’est de la complaisance: on donne la parole à un dangereux débile.

Il ne s’agit pas ici d’opinion, mais de propos haineux et misogynes. Lesquels n’ont pas place dans la sphère publique. Lesquels doivent être condamnés. Or que fait le Voir: les diffuser. Ce qui ne fera que les conforter. Et surtout, bien plus grave, conforter ceux qui les écouteront et les avaliseront, tout confortablement dans leur fauteuil devant leur écran. Simon Jodoin a écrit ceci ces derniers jours: « Au-delà des clics, bien avant les profits ou le buzz médiatique, ces gens et leurs auditeurs m’intéressent. Grandement. » Pas moi. Ils me répugnent. Et il y a un code criminel pour les faire taire, le cas échéant. Si on vend plus de livres merdiques que de recueils de Rimbaud, c’est entre autres parce que l’on n’élève pas assez le niveau dans les médias grand public. Si le Voir avait mis l’énergie à promouvoir un poètes.voir.ca à la place, par exemple, peut-être que le monde serait meilleur. La demande est créée par l’offre, pas l’inverse, quoi qu’en dise une majorité de mes confrères. Mais en offrant un canal de diffusion à ces propos, on les banalise, on en fait un freak show plutôt que d’en démonter les mécanismes pour les mieux dénoncer.

On prétend que l’exposition au grand jour de ce type de propos les condamne de facto. C’est ce qu’écrit, notamment, Judith Lussier. Je ne suis pas d’accord. Offrir une visibilité à un quidam – qui plus est, de manière complaisante – qui n’occupe aucun rôle social ou politique ne contribue qu’à avaliser son propos – malgré les intentions du diffuseur de cette initiative. Plusieurs de mes amies victimes des conséquences de tels propos ont vu remonter en elles des blessures des violences passées dont elles ont été victimes en entendant cette entrevue avec Dominic Pelletier. Il serait légitime de diffuser des propos condamnables proférés par un personnage public – politicien, humoriste, homme de pouvoir. D’un inconnu misogyne et xénophobe, que cherche-t-on ? Je n’en sais trop rien. Une chose dont je suis persuadé, par contre, c’est qu’on lui offre un canal de diffusion rêvé puisqu’il n’est médiatisé par aucun discours critique ni mise en perspective.

En réalité, la chose que je comprends le moins est que ça soit le Voir qui propose cela. Le Voir que j’ai connu, étudiant, ce média vivant de culture et de société, ne ressemble pas à cette « expérience ». Je ne reconnais pas le Voir que j’aimais et auquel j’étais fier de contribuer quand on m’y as invité comme blogueur. Fondamentalement, ce que j’en comprends, c’est qu’on cherche à attirer les « jeunes » (whatever that means) qui suivent déjà ces hurluberlus en espérant les amener à consommer de la haute culture? Il s’agit là du problème fondamental à mes yeux de ce projet. Étudiant, mes profs ne m’amenaient pas à lire Giono en passant par les BD stupides de Archie: ils me parlaient de Giono avec passion pour que j’aie envie de le lire. Les mauvais profs n’y arrivaient pas; les bons, oui. Ce que le Voir fait avec ce projet c’est précisément d’ouvrir la porte à ce nivellement par le bas en lançant ce message: d’une part, on laisse la paroles aux débiles parce qu’on croit important de montrer qu’ils existent et que, d’autre part, on va attirer des jeunes qui, pourtant, ont beaucoup plus d’intelligence pour faire la part des choses et qui n’ont pas besoin de ce paternalisme pour atteindre la haute culture.

Dans 90% des entrevues que je donne dans les médias on me présente comme économiste et blogueur auVoir. Depuis que trouble.voir.ca est mis en ligne, je me fais bombarder de commentaires du type: « Quoi? Tu avalises ça, étant un collaborateur au Voir ? ». Non, je ne l’avalise pas. Je refuse d’être coupable par association d’une expérience qui diffuse des propos qui sont au mieux odieux, au pire dignes de condamnations au criminel. Le Voir n’est pas une grosse organisation médiatique comme le Journal de Montréal ou La Presse. La perception est que nous formons une petite équipe tricotée serrée. Du coup, la perception négative rejaillit sur nous tous.

Le climat difficile que nous vivons présentement fait en sorte que je souhaite contribuer à des médias qui élèvent le débat. L’initiative « trouble.voir.ca » ne contribue en rien à assainir ledit climat, c’est plutôt l’inverse.

L’appel du vide – voilà le mal fondamental de notre époque. Voilà, aussi, pourquoi, je refuse d’être associé à une initiative qui le glorifie. Je préfère, de loin, favoriser la promotion de Giono tout autant que de jeunes poètes, bédéistes, littéraires et essayistes qui nous permettent d’évoluer vers un monde meilleur.

NB: Mon site personnel, sur lequel vous lisez ce texte, n’a pas été mis à jour depuis plus d’un an. N’y cherchez donc pas mes contributions récentes – elles y seront intégrées bientôt.

◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊◊
Et ça m’inspire la réflexion suivante :
Des fois je me demande si cette fausse respectabilité, cette «fiction de la chance égale aux deux côtés de la médaille» (qui a notamment contribué à légitimer le déni des changements climatiques dans les médias américains) ne sert pas les intérêts de quelqu’un.Sans tomber dans les théories du complot, on observe que des forces s’organisent dans la société civile pour provoquer des changements bénéfiques ou stopper des tendances dangereuses (l’érosion des droits des Premières Nations, l’exploitation sans aucun frein des ressources naturelles…). Et ça dérange. Quelle belle riposte sans en avoir l’air que de donner une antenne aux libertatariens, aux populistes etc. Qui se chargeront de légitimer la réaction. http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2013/jun/14/climate-change-energy-shocks-nsa-prism. Il est intéressant notamment de lire la biographie d’Éric Duhaime… sans rien affirmer, ça me fait «jongler».

P.S. On a vraiment besoin de gens comme Ianik Marcil – Punkonomie et Léo-Paul Lauzon pour «démancher» les faussetés dont on nous abreuve quotidiennement. Et de l’Institut IRIS aussi.

La Charte? Pu capab!

hibou tanné
Aucun commentaire haineux ne sera publié. Par contre, je me réserve le droit de les transférer à la police si c’est justifié. Tenez-vous-le pour dit. Apparemment, certains n’ont pas envie de tester… respectable simon picotte Michael Laughrea David Ouellette

Eh oui, je défends le port de la kippa (Mazel Tov aux gens qui me dépeignent comme antisémite depuis des années!), du turban et du hidjab. Pas pantoute le tchador, l’abaya, le niqab et tout ce qui est plus « voilant », par contre, et ceci est ferme.

Les gens s’indignent contre le voile, mais je ne les entends pas trop se plaindre de l’utilisation faite des femmes dans la publicité. On ne parlera pas de la porno, etc.

Je pense que l’Occident n’a pas de leçons de respect ni de dignité des femmes à donner à qui que ce soit. (Et surtout pas l’arrière-garde macho des hommes pseudo-féministes et leurs cheerleaders réactionnaires. Je ne parle PAS de tous les hommes.)

Les Femen ont d’ailleurs été fondées… par un homme! Il savait que des seins, ça attirerait l’attention!

Et si nous avons des catholiques qui prennent la pilule, et que tout le monde sauf les évêques trouve ça normal, pourquoi se préoccuper de ce que les mollahs pensent du maquillage? Ces femmes voilées sont pour la plupart sincères, non opprimées, et suivent leur conscience. Nous avons nos propres contradictions… elles sont nombreuses! Alors pourquoi être étonnés que les musulmanes en vivent, consciemment ou non. Le monde arabe a créé les Mille et Une Nuits, le baladi, beaucoup de superbes poésies… et l’islam. Nous avons les soeurs cloîtrées et les annonces de déodorant Axe!

Dalila ne vit pas en Iran, que je sache? Elle vit ici! Je sais bien que les femmes sont traitées comme des citoyennes de seconde zone dans beaucoup de pays, moins développés ou pas (pas juste musulmans, à propos! Aux États-Unis, qui réglementent davantage les utérus que les mitraillettes… en Inde, en Afrique…). Mais en quoi cela a-t-il rapport avec ce qui se passe ici? Nous ne sommes pas en train de régler les problèmes de l’Arabie saoudite, mais en train d’essayer de réparer les pots cassés par le PQ et ses fomenteurs de haine.

Et puis j’en ai marre des féministes occidentaux, privilégiés, blancs et chrétiens (surtout certains hommes) qui ne connaissent qu’une seule façon d’être féministe — en microjupe et pas de brassière (c’est vraiment être libérée, ça??) — et ne croient pas les musulmanes quand elles disent faire leur choix librement, quand ils et elles ne leur accordent même pas la capacité de penser par elles-mêmes. Ça vaut bien la peine de parler des pères et des maris qui les oppriment et les traitent en mineures quand certains ici font la même chose!

Je ne suis pas musulmane et je ne porterais jamais le voile, car ce n’est pas moi. Mais voulez-vous bien cesser de penser et de décider à la place des femmes svp?

Nous nous plaignions naguère que Trudeau & Cie voulaient annihiler notre culture et faire de nous un groupe ethnique comme les autres. Il y a seulement notre culture qui est digne de respect? Certains Québécois, se sentant attaqués, ont adopté une position défensive et se sont repliés sur eux-mêmes. Grâce à la charte, les musulmans vont faire la même chose! Et c’est compréhensible.

Ça vaut bien la peine de chialer contre les ayatollahs!

Billet qui va fort probablement être rallongé plus tard.


En calvaire contre le crucifix

Femmes voilées: «augmentation dramatique» des agressions

Jean Dorion, l’anti-Djemila Benhabib

Ajout le 2013-10-05

Au sujet de la pseudo charte québécoise de la laïcité, qui est en fait une manière d’imposer la façon de faire chrétienne (selon une décision des tribunaux des années 1950, dans le cas d’un Témoin de Jéhovah).

Donc, non, ça ne vient pas seulement de Trudeau! La liberté de conscience et de religion est la première liberté qui est mentionnée dans la charte fédérale.

«Laïcité au Canada : Liberté de conscience et exigence d’égalité» de Micheline Milot dans «Archives de sciences sociales des religions», no 146, avril-juin 2009, p. 61-80

Réflexion sur la portée et les limites de l’obligation d’accommodement raisonnable en matière religieuse, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec, février 2005 (PDF)

Ajout le 2013-10-07

Feminism And Race: Just Who Counts As A ‘Woman Of Color’? Ou comment les femmes autres que blanches (et occidentales et chrétiennes?), ou les femmes blanches et noires si on a de la chance, sont traitées en êtres humainEs non importantEs, voire inexistantEs dans le débat sur le féminisme

La reine en croix

« La Ligue des droits et libertés lance cette semaine une nouvelle édition de son fascicule sur la laïcité. Nous vous invitons à le lire et à le diffuser dans vos réseaux :http://liguedesdroits.ca/wp-content/fichiers/laicite_reedition_oct.2013.pdf. »

Ajout le 2013-10-15
U
n tit détail que Mâme Bertrand & Friends oublient : 1 bonne partie du Maghreb et le Liban sont d’anciennes colonies françaises officielles ou presque et ça a joué dur en sacrament (Albert Memmi, ça vous dit quelque chose? L’OAS? Les pieds-noirs?).

Raison de plus pour les gens ayant des liens avec là-bas d’être sur la défensive vis-à-vis leur identité. Mais oups! Selon certain, la seule identité qu’il vaut la peine de défendre sur cette terre c’est celle des tits Québécois blancs, joualisants (bon nombre de ces gens-là parlent et écrivent le français mieux que nous!), pseudo-chrétiens (alors que 40% ou plus des Québécois n’y connaissent rien mais font semblant parce qu’ils aiment les arbres de Noël et puis c’est moins forçant que de penser à une solution de rechange authentique). Et plogués en permanence sur le câble américain!

Ça leur prendrait une dose intraveineuse de bell hooks! Tsé là, une féministe de couleur qui conteste le pseudo-féminisme des dames patronesses blanches, riches, colones (c’est quoi le féminin de colon?) et chrétiennes.

Trop bon, faut que je recolle (de Facebook)

Ianik Marcil

« Pourquoi apparaît-il si normal à un si grand nombre d’entre nous que l’essentiel du débat au sujet de l’immigration porte sur nos exigences, nos conditions, et très rarement sur ce que nous devrions exiger de nous-mêmes comme société d’accueil? (…) Tant et aussi longtemps que nous confinerons le débat public sur l’immigration à celui de l’intégration culturelle ou de l’apport économique représenté par les nouveaux arrivants, nous vivrons dans l’illusion d’une société juste.» – Christian Nadeau, Liberté, égalité, solidarité (Boréal, 2013), p. 192/195.« J’avais promis de ne plus parler de la Charte. Je retire cette promesse. De mes sœurs québécoises portant le hijab sont attaquées (heureusement, que verbalement, de celles que je connais) ces jours-ci. J’ai honte de mon coin de pays. »
Janette au pays des malaises

Ajout le 20 octobre

No matter how you are dressed you can still be prejudiced. Removing the visible signs is wishful thinking.

Et puis ce que je trouve particulièwrement enrageant c’est que des Québécoises et des Québécois — membres d’un peuple qui s’est plaint (souvent avec raison) que sa culture, ses coutumes n’étaient pas respectées par les autres reproduisent exactement ce comportement avec les musulmanEs.

Il y a des catholiques qui prennent la pilule. Il y a des féministes botoxées. Notre société supposément égalitaire utilise trop souvent les femmes pour vendre toutes sortes de produits, les sous-paie… la pornographie est florissante… et nous venons nous mêler de dire aux autres quoi faire? Ahem… Les musulmanEs sont des humainEs. Pourquoi ce deux poids deux mesures?

Combien de pays du Maghreb et d’Afrique ont été colonisés, exploités, francisés de force, etc.? Ces gens-là ont dû lutter pour tenir leur caractère propre en vie. Et là, nous allons les mettre sur la défensive en leur IMPOSANT notre façon de voir? Quelle belle façon de «favoriser le vivre-ensemble»! On veut leur faire ce qu’on nous a fait : les rendre invisibles!


Canadian feminist activist receives death threats and other abuse after being targeted by Men’s Rights Activists

Being doxxed. OK, now I know how it’s called. Zionists do it too, by the way.

NO comments allowed on this post. NONE. PERIOD.

we hunted the mammoth

youtubeREDHangled

And so the MRAs have found yet another woman to hate.

Earlier this month, as many of you no doubt know, a Men’s Rights group sponsored a lecture at the University of Toronto. The event drew protesters, and the protesters drew MRAs with video cameras. One of the MRAs filmed a confrontation between a red-haired feminist activist and a number of MRAs who continually interrupted her as she tried to read a brief statement.

Her crime? She wasn’t exactly polite in responding to the interrupters. And so, after video of the confrontation was uploaded to YouTube, and linked to on the Men’s Rights subreddit and elsewhere, she became a virtual punching bag for the angry misogynists of the internet.

View original post 795 mots de plus

%d blogueurs aiment cette page :